MOBILITES DANS LA VALLEE DE LA THUR

Projet de dénivellation de la RD1066 : où en est-on ?
Etude de sécurité
Etude de trafic🟠
Etude ferroviaire
Plan de financement🟠
Concertation publique🟠
Etudes d’avant-projet et dossiers réglementaires
Autorisation environnementale
Enquête publique
Engagement de la procédure de déclaration d’utilité publique
Etudes détaillées, acquisitions foncières, appels d’offre
Démarrage des travaux et des compensations environnementales
Mise en service
Projet de barreau routier Vieux-Thann / Leimbach : où en est-on ?
Etudes préliminaires
Concertation publique
Plan de financement
Avant-projet détaillé
Autorisation environnementale
Enquête publique
Acquisitions foncières et appel d’offres
Travaux de compensation environnementale
Réalisation de la 1e portion (entre Vieux-Thann et la Bergerie)🟠
Réalisation des 2 giratoires🟠
Réalisation de la 2nde portion (vers Leimbach)🟠
Mise en service

PROJET DE DENIVELLATION DE LA RD1066 A THANN

RAPPEL DU CONTEXTE

Après les années florissantes du textile dans la vallée de la Thur, le déclin industriel a conduit la population à se déporter vers Mulhouse ou vers la Suisse, pour intégrer un nouveau bassin d’emploi. Une circulation pendulaire s’est ainsi mise en place sur l’unique voie routière de la vallée : la RD1066.

La cohabitation de cette route avec le rail a créé de multiples points de congestion aux différents passages à niveau. La plupart d’entre eux ont été dénivelés ou réaménagés, de façon à ce que les deux axes soient indépendants l’un de l’autre.

Seul un point noir subsiste à ce jour : le passage à niveau n°22 situé à Thann. Point de congestion historique, il est classé parmi les passages à niveau les plus dangereux de France.

Un aménagement est aujourd’hui à l’étude pour résoudre ce point noir. Il consiste à déniveler la RD1066 sous le rail, pour désolidariser les deux axes et fluidifier le flux de transit.

LE PROJET DE REAMENAGEMENT

Un projet de dénivellation, issu des travaux de la DREAL, a été présenté en 2019. 

En 2020/2021, le projet a fait l’objet d’études diverses (trafic, sécurité), pour isoler les 2 variantes d’aménagement les plus pertinentes :

  • Une variante « sur place » : la RD1066 est dénivelée sous la voie ferrée, sous un tunnel de 130m. Le tunnel sera réalisé à côté du tracé actuel de la RD, pour limiter les perturbations pendant les travaux. 
  • Ses avantages : suppression de 2 passages à niveau, son coût à 40 millions €, une entrée de ville apaisée traversée uniquement par les flux intramuros, suppression des feux de la rue du 7 août et de la rue Kléber.
  • Ses inconvénients : la voie ferrée sera fermée pendant les travaux, le chantier impactera la circulation d’accès au centre-ville, une pompe de relevage des eaux est nécessaire.
  • Une variante « sous gare » : la RD1066 est dénivelée sous la gare de Thann, sous un tunnel de 170m. 
  • Ses avantages : meilleure ouverture de la gare vers la ville, moins de perturbation routière pendant les travaux
  • Ses inconvénients : suppression d’un seul passage à niveau (21), traversée du PN22 réservé aux convois exceptionnels, pompe de relevage des eaux nécessaires, difficultés techniques à prévoir pour franchir un ruisseau, maintien des feux de circulation de la rue du 7 août et de la rue Kléber, nécessité de créer une voie de desserte ferroviaire pour Troncs et son coût plus élevé, à 60 millions €.
LES ETAPES
  • Janvier à juin 2019 : un projet d’aménagement est produit par un stagiaire de la DREAL
  • 2020 : le cabinet d’étude TTK présente plusieurs projets différents, et deux variantes sont retenues
  • Janvier 2021 : la RD1066 est transférée à la Collectivité européenne d’Alsace qui en récupère la maîtrise d’ouvrage
  • Mars 2021 : Raphaël Schellenberger s’entretient avec le DGITM pour s’assurer de la viabilité technique des deux variantes retenues suite à l’étude d’opportunité
  • Eté 2021 : des sondages géotechniques sont menés pour affiner la connaissance du sous-sol
  • 2021 : les élus locaux, départementaux et régionaux, ainsi que les représentants de l’Etat se réunissent pour poser les premiers jalons du plan de financement
  • Mars 2022 : pose d’appareils de comptage pour l’étude de trafic
  • Juin 2022 : les conseillers d’Alsace adoptent à l’unanimité le lancement de la concertation publique
  • Du 26 septembre au 31 octobre 2022 : concertation publique
ET APRES ? 

La concertation publique permettra de choisir la variante à retenir pour pouvoir ensuite approfondir et préciser le projet retenu. Une étude de la SNCF est également attendue puisque ce nouvel aménagement impactera l’infrastructure ferroviaire.

En 2023/2024, sont prévues les études d’avant-projet et la préparation des dossiers réglementaires (DUP, loi sur l’eau, étude d’impact), pour pouvoir ensuite engager la procédure de déclaration d’utilité publique.

En 2025/2026, sont prévues les études détaillées, les acquisitions foncières et appel d’offre, pour pouvoir engager les travaux préparatoires à l’horizon 2026.

BARREAU ROUTIER DE VIEUX-THANN / LEIMBACH

Rappel du contexte

Comme pour le projet de dénivellation de la RD1066, le projet de barreau routier a pour but de délester cette route d’une partie des automobilistes se dirigeant vers Leimbach / Roderen / Rammersmatt. Il permet également de desservir le Parc d’activités de Thann/Cernay et de prendre en compte les mobilités douces. Environ 6000 véhicules / jour emprunteront désormais ce nouvel axe routier.

En 2014-2015, les études préalables avaient fait émerger trois variantes de tracé. La concertation publique avait alors permis de retenir le projet qui s’éloigne au plus du front urbain de Vieux-Thann, tout en tenant compte de la présence de réseaux d’importance (gaz et ligne à haute tension).

Le projet d’aménagement

Le projet consiste en une liaison 2×1 voie entre le giratoire « Alba » de Vieux-Thann et l’entrée de Leimbach. Un nouveau giratoire sera créé à l’entrée et Leimbach, et un second à proximité de celui déjà existant, desservant le Parc d’activités. L’aménagement de ces deux giratoires proches s’est imposé pour des raisons de sécurité et de limitation des emprises foncières sur les terrains agricoles exploités par la Bergerie. Un itinéraire doux sera créé tout au long de cette nouvelle route, pour les piétons et cycles.

le financement

Le financement s’élève à 9,5 millions d’euros. Il est supporté par la Collectivité européenne d’Alsace (7,64 millions), la Région Grand Est (1,46 millions), la Comcom Thann/Cernay (500 000 euros). Une subvention de l’Etat est également attendue pour financer la voie verte (environ 400 000 euros).

Les étapes
  • 2014 : premières études et proposition de 3 tracés différents
  • 2015 : première concertation publique sur ces 3 variantes
  • 2016 : études préliminaires sur la variante retenue
  • 2018 : étude de trafic et 2e concertation publique sur la variante choisie
  • 2019 : avant-projet détaillé
  • 2021 : dossier d’autorisation environnementale et enquête publique
  • Juillet à novembre 2022 : travaux de mesures compensatoires
  • septembre 2022 : début des travaux de la première phase (route côté Vieux-Thann)
et après ?

Les terrassements, l’assainissement et l’application d’enrobés sur la chaussée ont pris le relais depuis le 26 septembre 2022 jusqu’à mi-mars 2023, entre les RD1066 et RD103 côté Vieux-Thann. Cette phase de chantier portera également sur la création d’une voie verte et de deux bassins de régulation des eaux pluviales : un bassin de rétention à vocation de dépollution et un bassin d’infiltration en l’absence de fossé en guise d’exutoire.

Puis de mars 2023 au 1er semestre 2024, la section comprise entre les RD103 et le carrefour RD351 / RD36 côté Leimbach conclura les 22 mois de travaux selon les mêmes principes que la première phase au niveau de la voirie. En plus, deux giratoires seront aménagées, ainsi que deux bassins de rétention des eaux pluviales, et un ouvrage hydraulique de 24m de long sous la chaussée permettant de rétablir la continuité du ruisseau du Leimbach et d’éviter un risque d’inondation, y compris une crue centennale. Une courte déviation de 500m côté Leimbach sera nécessaire.

La mise en service est prévue à l’été 2024.