TESLA ne s’implantera pas à Fessenheim

Le constructeur de voitures électriques TESLA a donc choisi les environs de Berlin pour implanter sa future usine de production européenne plutôt que Fessenheim et l’Alsace. Dans la compétition européenne qui s’était engagée, il s’agit d’un échec pour la France.

Notre territoire, à forte tradition industrielle et automobile, disposait pourtant d’atouts crédibles pour candidater sérieusement à l’accueil de cette usine de dimension importante, potentiellement pourvoyeuse d’une dizaine de milliers d’emplois, dans le cadre d’un projet fort de reconversion économique du territoire de Fessenheim.

Au lieu de cela, cet échec démontre le retard d’un projet de reconversion que l’Etat accompagne aujourd’hui sans véritable ambition malgré les initiatives portées par les collectivités locales et les acteurs du territoire.

Nous devons tirer les enseignements de cette séquence. L’Etat doit enfin pleinement soutenir l’Alsace dans sa volonté d’accueillir des projets industriels de dimension européenne. La France doit se donner les moyens de renouer avec le fil de son histoire industrielle qui est aussi celle de ses territoires et de leurs habitants. 

Raphaël SCHELLENBERGER 
Député du Haut-Rhin