Crise de l’énergie : quid des coupures d’électricité

Le prix et la disponibilité de l’énergie sont au cœur des préoccupations des Français, surtout à l’approche de l’hiver. La situation que nous vivons actuellement ne doit rien au hasard ni à la fatalité. Elle est la résultante de plusieurs années d’atermoiements coupables des responsables politiques et de pression idéologique. Les « boucliers tarifaires » mis en place par le Gouvernement n’en font que colmater les failles, sans jamais s’attaquer au fond du problème.

A ce jour, le parc nucléaire français compte seulement 24 réacteurs actifs sur 56. Le contexte géopolitique menace l’approvisionnement en gaz et la météo hivernale à venir risque d’engendrer des pics de consommation. Les marges sur lesquelles nous pouvions nous appuyer jusqu’alors sont perdues. 

Au début du mois, la Première Ministre a détaillé un possible scénario de délestage tournant (électricité coupée dans un quartier sur une période de 2h) pour soulager le réseau. 

Il existe dans ce cas une liste de sites prioritaires non délestables (ex : hôpitaux, signalisation routière, sites industriels électro-sensibles, etc…) cités dans l’arrêté suivant : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGITEXT000006076272/

ARTICLE FRANCE INFO : « Crise de l’énergie : pourquoi les coupures d’électricité sont un sujet explosif pour le gouvernement » : https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/crise-de-l-energie-pourquoi-les-coupures-d-electricite-sont-un-sujet-explosif-pour-le-gouvernement_5322196.html

Mme Elisabeth BORNE demande d’abord aux entreprises d’assumer des efforts de sobriété, avant les ménages.

Qu’en pensez-vous ? A votre avis, où faut-il prioriser les coupures ?

Si les délestages devenaient nécessaires, leur répartition dépendrait d’abord des caractéristiques techniques du réseau. Les coupures pourraient donc concerner des patients à haut risque vital, avec respirateur à la maison par exemple. 

Que pensez-vous de l’idée d’utiliser le réseau de compteurs intelligents LINKY pour procéder à des coupures plus ciblées chez les particuliers ?

https://raphael-schellenberger.fr/tribune/

Ils ont donné leur avis !

Les raisons de la perte de souveraineté et d'indépendance énergétique de la France : un point de vue

La perte de souveraineté énergétique (autonomie de décision) prend sa source dans le traité de Rome et la notion de concurrence libre et non faussée érigée en objectif alors que ce n'est qu'un moyen. Le traité de Maastricht étend ce principe aux services publics et conduit à la directive de 96 transcrite par la loi NOME de 2010 pour l'électricité. L'organisation de ce marché européen induit tout naturellement des possibilités de décisions autonomes réduites.

La perte d'indépendance se manifeste par l'importation d'électricité chère issue de centrales au gaz et au charbon de notre voisin allemand. La France comptait sur son parc nucléaire indisponible momentanément pour cause de maintenance et appelle les centrales thermiques allemandes au secours! Cette difficulté momentanée a le mérite de montrer que le prix à payer pour être indépendant est de disposer de sources pilotables pour pallier la variabilité des ENR . L'Allemagne malgré (ou à cause) de son colossal programme de renouvelables garde des centrales thermiques . Plus le parc ENR est important plus le recours au thermique en Allemagne ou au nucléaire en France devient ponctuel . C'est le but pour le thermique émetteur de GES mais sans intérêt ,voire absurde, pour le nucléaire. Même ponctuelle la disponibilité de sources pilotables à hauteur du pic de consommation est indispensable puisque l'électricité ne se stocke pas . Cette disponibilité en France ne parait plus assurée à terme avec la fermeture des thermiques et de 12 réacteurs nucléaires ,
Problématique complémentaire ces sources pilotables mises à l'arrêt quand les ENR produisent deviennent de plus en plus chères au kwh ce qui les condamne économiquement ou exige de les subventionner.
Cet effet d'éviction des sources pilotables se double d'un phénomène de surprofit , payé par les clients, pour les ENR, du fait du prix unique d'un marché artificiel pour des kwh de valeurs différentes : organiserait-on un marché unique mêlant
des voitures performantes et des tacots qui roulent s'il y a du vent ou du soleil ?
Pour comparer les sources il faut installer un groupe électrogène au pied de chaque éolienne. Le marché ne fonctionne qu' entre produits homogènes comparables.

La crise actuelle n'est rien à cote de celle que dessine la SNBC. Le Schéma National Bas Carbone prévoit 40% de décroissance de consommation d'énergie en 30 ans ; Il s'agit plutôt d'un schéma Basse Consommation qui risque d'aboutir à 40% de décroissance. Cet objectif s 'apparente à un numérus clausus (aux effets appréciés dans le monde de la santé) appliqué à toute l'économie.
Pour décarboner à consommation d'énergie stabilisée id remplacer les énergies fossiles (2/3 de notre consommation actuelle) par l'électricité le raisonnement simple (pas forcément simpliste) conduit à tripler la puissance de production d'électricité (multiplier par 3 le nombre de réacteurs nucléaires) ou décupler la puissance installée si le choix est celui des ENR (fois 10 pour pallier l'intermittence)

Compte tenu des temps longs du secteur de l'énergie des décisions radicales et rapides sont urgentes: décider la mise en chantier de deux EPR par an pendant 30 ans..

JEAN-PAUL DAGNELIE

Monsieur le Député

Je viens de visionner l'audition de madame Lepage

Une fois de plus il me semble y avoir confusion dans les débats entre puissance installée et électricité produite. On peut installer ce qu'on veut en terme de puissance, la question à se poser est : combien d'heures est-elle disponible et que fait-on quand il n'y a rien ou presque.
Pour mémoire:
Un parc d'une puissance de 1 GW installée produira tout au long de l'année: Autour de 1000 GWh d’électricité si c'est du photovoltaïque
Un parc d'une puissance de 1 GW installée produira tout au long de l'année: Autour de 2000 GWh d’électricités si c'est de l'éolien terrestre
Un parc d'une puissance de 1 GW installée produira tout au long de l'année: Autour de 7000 GWh d’électricité si c'est du nucléaire
Un parc d'une puissance de 1 GW installée produirait tout au long de l'année: Autour de 7000 GWh (voire plus) d’électricité si c'était de la géothermie profonde à boucle fermée (qu'est ce qu'on attend ?)
Contrairement à ce qu'oublie de souligner madame Lepage:
-les deux premiers débitent ou ne débitent pas d'énergie en fonction des conditions météo.
Et le solaire ne produit rien 6500 heures par an (il y a 4380 heures de nuit dans l'année et environ 2000 heures de soleil dans le grand est)
-Le nucléaire actuel n'encaisse pas les variations de puissance . Il est optimisé pour un régime stable.
Donc: soit on exporte aux allemands l'électricité en excès quand les renouvelables produisent, ce qui permettra à nos voisins d'arrêter momentanément quelques centrales au gaz ou au charbon .
Ils vont en priorité probablement arrêter des centrales au gaz, plus rapides à arrêter et à démarrer, mais aussi plus chères à l'utilisation que les centrales au charbon dans le contexte actuel.
Soit on diminue la puissance du parc nucléaire en arrêtant une ou plusieurs centrales nucléaire .
Mais comme elles ne répondent pas instantanément à une commande de montée en puissance , il faudra prévoir, prêtes à démarrer, des centrales au gaz en cas de besoins sur de courtes périodes !

Madame Lepage à une propension à se moquer du monde. L'arrêt du nucléaire a toujours été son cheval de bataille

Cordialement

Ps: quand est ce que qu'un décideur s'intéressera à la géothermie en Alsace ?

CHARLES ABRAHAM

Il est techniquement possible de limiter la consommation temporairement à 3kva grâce au linky, mais le simple fait d'allumer une plaque de cuisson va alors faire disjoncter l'installation. On pourra certes remettre l'installation en route en descendant dans la cave tout en pestant et éclairé par une lampe de secours, ceci va sauver le frigo et le congélateur, mais on ne pourra pas remettre en route les gros consommateurs avant que la limite de 3kva ne soit levée. Peu d'installations permettent a l'heure actuelle de gérer ces manœuvres automatiquement, c'est possible mais pas réalisable sans le passage d'un électricien suivi de l'envoi d'une facture coquette, à la réception de laquelle la plupart des électeurs demanderont un Frexit sans délai pour se venger de la fin de l'abondance.

Monsieur le Député,
J’ai l’honneur de vous écrire en ma double qualité d’administré et secondairement d’ingénieur en énergétique.
J’apprends ce jour même que le gouvernement a validé le paiement d’un coup de pouce de 100€ pour 10 millions de foyers français correspondant au total à une dépense d’un milliard d’euros.
La grave crise énergétique que nous traversons résulte d’errements politiques démagogues pour satisfaire une minorité « pseudo verte » estimant qu’il faut mieux consommer des énergies fossiles à fort taux d’émission de gaz à effet de serre que du nucléaire totalement neutre sur le réchauffement climatique pour pallier aux intermittences des énergies renouvelables.
Il semblerait que notre Président vienne d’en prendre conscience. Certes mais la construction de nouveaux réacteurs avec nos lourdeurs administratives, prendra au minimum 15 ans contrairement à la Chine (5 ans pour la construction d’une centrale nucléaire de 3ème génération appelée EPR).
Cette crise énergétique sera amenée à se répéter dans les années futures avec une augmentation de nos consommations pour satisfaire aux lobbys européens de la voiture toute électrique, de l’interdiction des chaudières à gaz et à fioul (seule alternative chaudière à bois ou pellets ainsi que toutes sortes de pompes à chaleur (géothermie, air eau…) fonctionnant uniquement à l’électricité).
Par conséquent, je vous demande de bien vouloir saisir la commission des lois pour abroger la loi concernant la fermeture programmée de 14 réacteurs nucléaires avant 2035 ainsi que celle concernant la fermeture de Fessenheim.
A ma connaissance, il faudrait exactement ce « fameux milliard d’euros » et un an de travaux pour remettre en route notre centrale de Fessenheim (2 x 900MW soit 1800MW) correspondant à environ 3% de la consommation française.
Cette centrale a d’autant plus son utilité dans des régions exposées aux grands froids et permettrait de fermer la centrale à charbon de Saint Avold dont la puissance installée est de 1 460 MW.
Pour rappel, elle fonctionne pour une tranche de 600 MW au charbon et deux tranches selon un cycle combiné au gaz naturel de 430 MW chacune ce qui est totalement à l’encontre de nos engagements climatiques de la dernière COP.
Par contre, les conséquences économiques et financières d'une telle fermeture anticipée peuvent être évaluées à 5 milliards d'euros. Ce montant inclut non seulement l'indemnisation de l'exploitant, mais aussi les impacts sur le territoire, sur l'emploi, sur les finances des collectivités locales concernées, sur le réseau électrique, sur la balance commerciale, et sur l'image de l'industrie nucléaire. L'essentiel du coût pour l'Etat est lié à la nécessité d'indemniser l'exploitant du manque à gagner constitué par la perte de chance certaine de pouvoir poursuivre l'exploitation de la centrale jusqu'en 2040.
En droit, la perte de chance est évaluée et chiffrée sous la forme d'un pourcentage qui représente un degré de probabilité. La perte de chance d'obtenir l'autorisation d'exploiter la centrale de Fessenheim jusqu'en 2040 a été évaluée par les rapporteurs à 85 % dans le cas d'une prolongation de la durée d'exploitation jusqu'à 60 ans. Selon le rapport, ce chiffrage assez haut paraît hautement crédible quand on sait que les centrales américaines, de même conception, ont d'ores et déjà obtenu l'autorisation d'être exploitées durant soixante années.
Par ailleurs, il est primordial de relancer le programme Astrid afin de développer à l’instar du super générateur de Creys Malville, des centrales nucléaires de 4ème génération permettant le recyclage à l’infini de nos déchets radioactifs et une autosuffisance en uranium (raison pour laquelle Madame Dominique Voynet s’est empressée de la fermer car elle résolvait tous les problèmes de stockage de déchets).
Je vous prie, Monsieur le Député, de croire en l’assurance de mes salutations distinguées.
Jean-François Henner
Commandant de Bord Long Courrier
Ingénieur en Énergétique

Jean Francois Henner

26/11/2022
Bonsoir Monsieur le Député.
Premier endroit à couper l’électricité, c’est chez les responsables de la situation de manque de courant électrique.
Couper le courant aux industries n’est pas la solution car cela engendre des baisses de productions.
A mon âge d’home de prêt de 80 ans, je voie l’avenir en pessimiste. « Dommage. »
Espérons le meilleur pour nos jeunes.
Salutations Monsieur le Député.

Etienne DOLL

Bonjour monsieur le député, je suis scandalisé par les difficultés que nous avons à nous procurer du pellet ( prix démentiel et rareté du produit !! ) . Ce n'est pourtant que de la sciure compressée, rien de très rare dans notre grand pays forestier. Il semblerait que rien n'ait été anticiper et en particulier le développement du parc de chaudières et poëles à granulés. J'ai fait l'effort de changer ma vieille chaudière au fioul, sans aucune aide ( à quelques dizaines d'euros mon revenu imposable m'a empêché de prétendre à 4000 euros de prime-rénov. Pourquoi n'avoir pas fait un tarif proportionnel pour toucher cette aide …. Maintenant je fais face à des difficultés importantes pour acheter mon pellet : il y a des situations cocasses. Je m'étais pré-inscris en août chez un distributeur local pour 2/3 tonnes. Il m'a promis la livraison pour septembre. Fin septembre rien, je le relance. Dernièrement je reçois un appel sur mon portable resté sur mon bureau car je jardinais. Message ahurissant : si vous nous rappelez pas très rapidement nous attribuons votre dotation à d'autres ! Une publicité reçue ces jours ci d'une grande enseigne de bricolage : sacs de pellets en photo mais pas d'indications de prix !!! En tout petit on peut lire dépend du marché. La spéculation va bon train et nous sommes les dindons de la farce. Arrêtons tout ça c'est indigne de notre pays …

Hubert IMMELE

Monsieur le député,
Je vous remercie cette opportunité offerte de nous exprimer au sujet de la crise énergétique inlassablement évoquée dans les médias.
On nous prépare aux coupures grâce aux compteurs Linky : c’est une mesure injuste. Comment savoir ce qui se passe à domicile ? Qui a un besoin vital d’électricité ? Sur quels critères les coupures seront-elles faites ?
Le prix des énergies renouvelables explose. Par exemple : le sac de pellets est passé de 3.90 euros à 11.69 euros soit 300% d’augmentation. Qu’est ce qui peut justifier un tel prix ? A qui profite ce
« racket ? »
Les poêles à pellets sont souvent complémentaires ou alternatifs au chauffage électrique des logements. Face à une telle augmentation ( on en connait pas l’évolution …) ne serait-il pas judicieux de privilégier le chauffage électrique dont les tarifs sont plafonnés l’hiver prochain ? Situation ubuesque au regard des recommandations !
Sur un plan moins direct : comment allons-nous payer le surcout énergétique des collectivités ? Pour la CEA les 580% d’augmentation sur le prix du gaz vont générer un surcout minimum de 23.5 millions d’euros rien que pour chauffer les collèges Alsaciens (note du 05/10/2022). Nos contributions fiscales vont-elles devoir augmenter ?
Achetez des véhicules électriques nous disait -on . Comment ferons nous cet hiver pour nous rendre sur nos lieux de travail ?
Force est de constater l’incohérence du système. Personne n’y comprend plus rien. Nos dirigeants ont perdu toute crédibilité.
Rares sont les politiques qui osent s’engager et demander des mesures concrètes dans l’interêt des Français . Bravo pour votre engagement pour Fessenheim .
Nous sommes dans une situation explosive , qui risque nous mener au chaos .
Ne plus pouvoir se chauffer et remplir son frigidaire ne présage rien de bon : l’Histoire nous l’a déjà montré .

Catherine SCHNEIDER

Monsieur le député bonjour

Sur la question des compteurs Linky, je vous informe que je n'ai pas ce type de compteur et je m'y opposerai aussi longtemps que cela sera possible pour une raison simple , je n'ai pas besoin de celui-ci pour connaître ma consommation et aussi je ne veux pas que des personnes au ministère décident de couper le courant à distance .cela est un début de dictatures !

Par contre , il est intéressant de connaître le pourquoi , qu'on en est arrivé à ce point là sur les problèmes de l'énergie ( électricité , hôpitaux, etc. )

Dans les milieu des années 90 , le parti Gaulliste privatise à marche forcée. Avec comme objectif de qualifier la France pour entrer dans le club de l'euro. Alain JUPPE alors premier ministre de Chirac , cherche des recettes . Il privatise alors pour environ 15 milliards de francs , Pechiney et Usinor Sacilor avec pertes d'emplois et fracas industriels .Le reste vous le connaissez.

En 1996 Michel Barnier ( ancien Gaulliste et aujourd'hui dans le parti Les Républicains )ouvre le marché de l'électricité .La directive de 92/96 organise la compétition du marché de l'électricité entre les fournisseurs sur le marché des entreprises, .Michel Barnier alors ministre des affaires Européennes n'y trouve rien à y redire. Mais, pour EDF , le monde change à cet instant- là.
En 2005 l'état met une partie du capital en bourse, mais le cours s'effondre avec lui , la valeur du portefeuille de l'état . un recul de 40 milliards. Le reste vous le connaissez comme tous les citoyens.

En 2003 Jean François MATTEI (parti UMP sous Jacques Chirac )) prépare l'hôpital aux lois du marché Il prône une logique de rentabilité ,pas toujours compatible avec les missions du service public. Vous connaissez la situation aujourd'hui . et cela n'est pas fini .

Vous comprenez mon agacement en voyant la situation aujourd'hui de nos bijoux de famille .
et j'ai encore beaucoup de chose à dire , mais cela est pour une prochaine.

merci

Gerard WEYER

Je suis contre l'acceptation des coupures d'électricité. Au gouvernement et au président Macron d'assurer le bon fonctionnement de ce qu'il reste du réseau et à ne pas mettre les Français en danger. Nous n'avons pas à subir leurs erreurs.

1) N'appeler surtout pas les compteurs Linky "intelligents" mais espion .
2) Commencer déjà par éteindre toutes les enceintes sportives. Pourquoi en Allemagne, même la Bundesligua joue le Samedi après midi ou le dimanche après midi, a fortiori toutes les divisions inférieures. Chez nous, même des clubs de district 4 et 5 jouent le samedi soir ; Inadmissible. Il en va de même pour les autres sports ( hand, basket, volley..)

Patrice METZGER

Mr le député

Depuis plusieurs mois vous critiquez la fermeture de la centrale de Fessenheim qui à vous entendre serait responsable de la crise actuelle de l'énergie. Il se trouve que sur ces 5 dernières années de "fonctionnement" cette centrale était à l'arrêt partiel ou total pendant 45 mois pour pannes à répétitions et travaux d'entretien divers. et personne ne s'en est jamais ému. Il y a donc de fortes chances qu'elle soit à nouveau à l'arrêt actuellement si elle avait continué à être en fonction d'autant qu'elle présentait aussi des problèmes de corrosion sur les conduites.
D'autre part elle n'était plus aux normes d'après Fukushima et probablement impossible à y mettre vu qu'on ne pourrait techniquement pas augmenter l'épaisseur du radier vu que dessous il y a la nappe phréatique. Ce qui aurait logiquement conduit l' ASN à refuser le permis d'exploiter à la prochaine visite décennale.
Le nucléaire que vous aimez tant à englouti des sommes faramineuses pour un résultat lamentable au vu du fiasco total des EPR dont aucun ne fonctionne en Europe (celui de Finlande étant déjà à l'arrêt pour une durée indéterminée) les futurs EPR anglais ont déjà 2 ans de retard sur la programmation prévue et personne ne sait si Flamanville fonctionnera un jour. Vu le nombre de malfaçons il serait d'ailleurs sans doute préférable qu'on ne la mette jamais en service. Pendant ce temps le cout des renouvelables est en baisse constante et déjà bien moins cher que le nucléaire et ce sont les autres pays qui mettent au point les techniques et les brevets que nous allons racheter à prix d'or d'ici quelques années faute d'avoir investit dans ce domaine.
Le problème des déchets n'est toujours pas résolu (les dernières études montrent que le site d'enfouissement de Bure est beaucoup moins sur qu’annoncé) et nous allons laisser à nos enfants la gestion couteuse et dangereuses de ces déchets pour des centaines d'années.
Votre parti est responsable du choix désastreux du tout nucléaire qui nous amène à la situation actuelle. En choisissant un mix énergétique plus varié et en mettant l'accent sur les économies d'énergie et la sobriété, dont vous vous moquiez encore il y a peu, on aurait aucun problème aujourd'hui pour un cout bien moins élevé pour le consommateur.
Gouverner c'est prévoir dit on, il semble qu' en matière d'énergie vous n'ayez pas prévu grand chose, il est un peu facile de critiquer les autres quand votre parti a été au gouvernement bien des années et n'a rien prévu ni entrepris pour éviter ce genre de problème. Un vieil adage populaire dit qu'il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier et c'est exactement ce que vous avez fait.
Vous avez tout misé sur le seul nucléaire en freinant autant que possible toute solution alternative, on en paye aujourd'hui les conséquences.
Alors au lieu de critiquer à tort et à travers au non d'une idéologie et d'une technologie dépassée essayez de trouver des solutions viables à long terme.
J'avoue que j'attendais un peu plus d'ouverture d'esprit d'un jeune député et non l'entendre répéter à longueur de discours des idées vieilles d'un siècle plus du tout en phase avec le monde actuel.

Cordialement
Marc Solari

Destituer le président de la République, en premier lieu. C'est jouable de par la constitution. Et c'est le rôle du parlement. En faisant sauter ce "verrou", il sera possible d'avancer rapidement !

Monsieur le député,

Au cours des derniers mois, vous avez beaucoup critiqué la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (la plus vieille de France au demeurant à ce qu'il me semble).
A vous entendre, "l'indépendance énergétique de la France" dépendrait pour l'essentiel du nucléaire. Pourtant nous risquons des coupures d'électricité cet hiver puisque la moitié de nos centrales, ces "garants de notre indépendance" sont à l'arrêt. La guerre en Ukraine et les restrictions de gaz sont d’ailleurs tombées à pic pour faire passer cette réalité au second plan.

Affirmer comme vous le faites que le nucléaire est "le garant de notre indépendance énergétique" relève, au mieux de l'illusion ou de l'ignorance, au pire de la désinformation et du mensonge car vous ne pouvez tout de même pas ignorer que la totalité de l'uranium nécessaire au fonctionnement des centrales nucléaires françaises est importé (https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/01/24/l-independance-energetique-de-la-france-grace-au-nucleaire-un-tour-de-passe-passe-statistique-et-100-d-importation_6110781_4355770.html ).
L'indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire est un mythe !
L'uranium de nos centrales provient de pays comme la Kazakhstan, le Niger, l'Ouzbékistan, l’Australie et même la Russie.Si, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la France et l'Europe ont beaucoup fait pour boycotter le pays de Poutine et bloquer les échanges avec lui, cette réalité ne s'applique apparemment pas au combustible nucléaire puisque la France (https://reporterre.net/En-pleine-guerre-la-France-recoit-de-l-uranium-russe) tout comme l'Europe continuent à importer de l'uranium importé de Russie (https://reporterre.net/L-encombrante-livraison-d-uranium-russe-a-l-Europe).

Les seuls vrais garants de l'indépendance énergétique française, ce sont les énergies renouvelables, produites sur place et consommées sur place. Si nos sources d'énergies renouvelables sont sous-développées aujourd'hui en France, c'est clairement de la responsabilité des gouvernements actuels et précédents dont notamment ceux dirigés par votre parti. Si la France avait consacré aux énergies renouvelables les sommes englouties par le nucléaire, nous ne serions vraisemblablement pas dans la situation actuelle qui est la nôtre.
Et pourtant M. Schellenberger vous persistez dans vos errements !

Pour terminer et pour répondre à vos questions
OUI je suis favorable aux coupures d'électricité que ce soit pour les entreprises et pour les particuliers. C'est malheureusement le moyen le plus efficace pour faire comprendre au français qu'il est nécessaire de devenir plus responsable et plus sobre si nous voulons réduire – à défaut d'empêcher – les catastrophes dont nous avons eus de nombreux échantillons cet été. Je me suis beaucoup fâché cet été dans des magasins climatisés aux portes pourtant grandes ouvertes malgré les injonctions – mais le décret d'application n'est toujours pas sorti !
Je rappelle également que ce concept de sobriété, beaucoup mis en avant ces dernières semaines, était préconisé depuis de nombreuses années – et moqué par les mêmes qui aujourd’hui le recommandent – par tous ceux qui avaient conscience des dérives de notre système économique.

Pour ce qui concerne les compteurs Linky, je vous informe que je n'ai pas ce type de compteur et je m'y opposerai aussi longtemps que cela sera possible pour des raisons qu'il serait trop long de développer ici.
J'ai par contre des panneaux photovoltaïques qui couvrent l'intégralité de la consommation annuelle de notre foyer.

Cordialement
Roland BRAUN

Roland BRAUN

Je suis contre

Loic Giroud

Bonjour Monsieur le député !

Plusieurs points factuels : des entreprises industrielles reconnues et en pointe de l'innovation comme Duralex, Arc, ArcelorMittal, Ascometal décident de mettre en pause leurs productions pour quelques mois cet hiver suite à l'explosion des prix de l'énergie, parfois jusqu'à 1300% d'augmentation… C'est bien mais cela sera-t-il suffisant, sachant que beaucoup d'entreprises vont surement faire de même malgré les aides ciblées de l'État ? La plateforme de Chalampé, reconnue pour être la plus importante consommatrice de gaz naturel de France va-t-elle, elle aussi, limiter sa production pour soutenir l'effort ?
Comment vont faire les collectivités locales, départementales, régionales, étatiques pour résister au choc et rester opérationnelles ?

Baisser de 1 degrés le chauffage, à mon sens, c'est une goutte d'eau dans la consommation nationale d'énergie. Ça aura un impact, certes, mais celà aura une influence dérisoire.

Il va de soi, et vous le souligner très bien, que le citoyen n'a pas à soutenir le plus gros des efforts. Arrivera-t-il à simplement faire un effort au vu de la situation financière et sociale très difficile que nous vivons aujourd'hui ? Je n'en suis même pas sûr… La chaleur du foyer n'a pas de prix, et chacun, dans sa maison, son appartement, reviendra à faire machinalement, par automatisme, ce qu'il doit faire pour se sentir bien chez lui : mettre suffisamment de chauffage pour ne pas avoir froid.

Enfin, je vous rejoins totalement sur le fait que couper des quartiers résidentiels d'électricité, même deux heures, est d'une absurdité édifiante ! Comment l'État, les opérateurs de l'énergie vont-ils faire pour s'assurer qu'une personne n'est pas détresse respiratoire et à besoin d'une machine à la maison ? D'ailleurs pourquoi est-elle à la maison? Un autre débat… Comment vont-ils faire pour savoir si une personne n'utilise pas une machine contre l'apnée dans son sommeil ? Etc etc etc… Ils pourraient se rendre coupable d'avoir involontairement tuer quelqu'un.
Les entreprises doivent faire des efforts, le maximum d'efforts possibles afin d'éviter toute coupure de courant cet hiver. Il en va de la vie de beaucoup de gens. L'heure est à la sobriété, les gros consommateurs doivent faire des efforts. L'heure est à l'effondrement financier et sociale de plus de 10 millions de personnes dans notre pays, les profiteurs et les riches doivent être solidaires de la Nation et faire des efforts.

Concernant la politique énergétique de notre pays, c'est désolant de voir que les gouvernements qui se sont succédés ont été incapable d'anticiper tout ça, et aujourd'hui nous ne sommes que devant des faits… Plus rien ne sera comme avant. La situation que nous vivons cette année, pour ne pas dire depuis quelques années, est irréversible. C'est trop tard. Et certains sont encore à vouloir dédramatiser, diluer le constat alarmant du réchauffement planétaire. Le changement climatique est en marche et aucun gouvernement en place n'a mesuré, n'a pris conscience du point de non retour qui ne fait que se déplacer au fur et à mesure de l'inaction mondiale à changer ça.

Pour terminer rapidement, je tiens à saluer votre engagement, Monsieur le Député, dans des combats qui nous tiennent à cœur, notamment contre la fermeture du CNPE de Fessenheim. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, mes salutations les plus dévouées.

Bien cordialement.

Yann Parmentier

Bonjour,

S’il doit y avoir des coupures il faut bien entendu épargner les personnes qui ont besoin d’appareils médicaux, en revanche il faudrait ouvrir des procédures judiciaires contre les responsables de ce marasme.

Cordialement,

Franck DEVILLON

Bonjours Monsieur le député.
Quelle crise?
Si crise il y a vous y êtes pour qqs choses En tant que membre de l'ASN vous avez sûrement échangé avec vos collègues des autres sites, de quoi parliez vous ?
Si vous aviez mis le doigt sur la responsabilité ( ou irresponsabilité) de l'électricien au moment voulu nous n'en serions pas là !
La maintenance d'un site se programme, la maintenance de plusieurs sites également!
Je ne crois pas a une pénurie, le patron d'EDF ,qui pour moi est le responsable, a été remplacé,moins de politique et ça ira mieux.
En résumé :
Les sites nucléaires remis en marche progressivement, de l'eau dans les fleuves pour la production hydraulique, le développement des énergies renouvelables et la crise que vous envisagez n'aura pas lieu!

Daniel Graff

Bonjour
Si j’ai bien compris c’est surtout les entreprises qui consomment le plus d’énergie, c’est peut-être pour cela qu’elles sont ciblées en priorité mais ça va réduire forcément leur productivité et engendrer d’autres problèmes économiques.
Je pense que la population va pas être contente si ils se servent des compteurs linky, il y a déjà un tel climat … il me semble que ces compteurs n’étaient pas censé servir à cela au départ. Évidemment il ne faudrait pas couper l’électricité des hôpitaux etc …. Que dire quand des politiciens nous ont mené à une telle situation ? La meilleure solution serait de créer les conditions de la paix, ce n’est pas le chemin choisi manifestement par nos gouvernants français ou européens. Quand Von derLeyen dit que Poutine doit comparaître devant la justice, il semblerait que on cherche à globaliser la guerre en fait et peut-être que cet hiver nous aurons des problèmes bien plus graves que l’électricité … où va t on ? Faites quelque chose svp … et bon week-end quand même.

Suivez-moi sur les réseaux sociaux