Nuisances sonores et incivilités

Ce vendredi 30 avril, la route des Crêtes rouvrira ses barrières aux automobilistes, motocyclistes et cyclistes pour la période estivale. Cet axe, très prisé par beau temps, apporte son lot de plaisir mais aussi de nuisances sonores et d’incivilités.

Une réflexion est en cours avec les élus et parties prenantes du massif sur plusieurs propositions visant à pacifier cet axe. Un “capteur de bruit” sera prochainement installé par la Collectivité Européenne d’Alsace sur nos massifs, pour identifier l’origine des nuisances sonores et en mesurer l’impact sur les sites naturels et touristiques.

Ce sujet se traite en lien avec la Collectivité Européenne d’Alsace (gestionnaire de cette route) et le législateur (parlementaires), qui définit le cadre réglementaire. Pour le moment, l’option de la verbalisation n’est ni simple, ni évidente. C’est pourquoi votre avis de citoyen et d’utilisateur du massif me serait bien utile.

Cochez les dispositifs qui vous paraissent pertinents et n'hésitez pas à donner votre avis en commentaire :

Ils ont donné leur avis !

  • Radar pédagogique sonore :
    10
  • Réglementation sonore et verbalisation automatique :
    29
  • Vitesse adaptée sur les routes de montagne :
    22
  • Installation de radars de tronçons :
    14
  • Transformation de la route des Crêtes en route partagée/réservée :
    16
Le bruit lié à la route des crêtes s'entend souvent à plusieurs kilomètres de distance, en particulier les week-end. Cela dénature complètement cet espace naturel privilégié qu'est le Massif des Vosges, en le traversant dans sa longueur. C'est le cas notamment au Lac du Ballon, en contrebas de la route des crêtes ou le bruit est incessant l'été, amplifié par la forme du relief en cirque. Ce bruit est le fait quasi uniquement de motos. Sans être exclusif, de nombreuses ferme-auberges et quelques magasins vivent de la route des crêtes. C'est une réalité qu'il ne faut pas occulter au prétexte de vouloir la sanctuariser. Je pense qu'une des questions à se poser est : quel bénéfice les motards apportent-il aux entreprises dont l'activité est lié à cette route? Sont-ils indispensables à la vie de ces entreprises? N'y a t-il pas un modèle à trouver, plus respectueux de la nature et des paysages qui serait encore plus intéressant pour les acteurs locaux? Serait-il possible d'expérimenter l'interdiction de la circulation automobile les week-end et la remplacer par des navettes gratuites et cadencées tous les 15/30 minutes accessibles depuis Le Grand Ballon / Markstein / Schlucht /...
Arnaud LECUS
La pédagogie a ses limites. Aimer rouler en montagne est une chose, toutefois cela ne doit ni la rendre plus dangereuse pour les autres usagers, ni donner lieu à des abus. Il est important de respecter la faune locale et les habitants des villages alentours en diminuant les nuisances sonores. Comme chez nos voisins allemands, soyons moins tolérants envers les infractions : la verbalisation systématique (amende + retrait de points) ainsi que les radars mobiles sont des outils dissuasifs encore trop peu exploités en-dehors des autoroutes.
La pédagogie ne fonctionne plus, c'est ce qu'on fait depuis des années pour quel résultat ? Et ce sera même pire, les motards l'utiliseront pour comparer qui du groupe fait le plus de bruit! Ayez le courage d'une politique anti motards : Ne re-goudronnez pas les routes, mettez des pavés dans les virages, abaissez la vitesse à 50km/h, mettez des radars automatiques, des chicanes, des ralentisseurs. Interdisez la route aux motards les WE. Faites des contrôles sonores dans les vallées. Il y a trop d'accidents, habitant sur la route des crêtes c'est un cauchemar d'entendre les bruits des moteurs et les ambulances ! Le bruit est un gros facteur de stress pour nous mais aussi pour la biodiversité. Même sur les sentiers de rando, on entend les moteurs, on ne peut plus courir ou randonner en écoutant la nature, dingue ! Prenez exemple sur les pays voisins !
Georges Vallet
Bonjour Mr le Député, je vous remercie de l'occasion que vous offrez aux citoyens de pouvoir exprimer leur avis sur la problématique de la route des Crêtes. En tant que gendarme ayant exercé antérieurement des fonctions à la brigade de Fellering, les nombreuses interventions que nous avions effectuées sur ce secteur consécutives notamment à des accidents de la circulation, parfois mortels, ainsi que ma récente fonction d'élu ( conseiller municipal à Saint-Amarin), m'incitent à vous apporter ma réflexion sur cette situation. Fervent montagnard et utilisateur assidu de ce massif, comme bon nombre de nos habitants dans cette agréable vallée, je pratique régulièrement, en toute saison, des activités qui y sont liées telles que la randonnée ou le Vttae, avec un usage occasionnel du camping-car. Avec l'ouverture récente à la circulation de la route des crêtes, l'arrivée des beaux jours, et une situation sanitaire devenant favorable, nous serons confrontés, comme cela a déjà pu être observé sur le secteur du Champ du Feu, à un afflux massif de personnes et de véhicules désirant profiter légitimement des plaisirs de la montagne mais aussi de nos structures de restauration et d'hébergement : cet engouement pour cet environnement « nature », envié par de nombreux citadins, et amplifié par ce contexte épidémiologique, est aussi une véritable chance pour la fréquentation et le tourisme dans notre vallée, et mon optimisme m'indique que cela pourrait perdurer. Mais comme vous l'avez souligné, cette situation va également apporter son lot de nuisances sonores et d'incivilités : « pacifier » cet axe n'est pas chose aisée, satisfaire les revendications ou exigences de chaque partie, aussi légitimes soient-elle, l'est encore moins. Et la topographie des lieux rajoute encore cette complexité qui fait que les mesures que nous pourrions prendre pour une route de plaine ou de ville ne sont pas celles souhaitables pour une route de montagne. En tant que militaire de la gendarmerie, de part mon expérience vécue sur des drames humains, provenant majoritairement du comportement individuel du conducteur, je ne vous cache pas que je prioriserais l'aspect répressif : lorsque la disponibilité des représentants de l'ordre le permet, une présence et/ou une visibilité de leur part sur cet axe, de manière statique ou mobile est pertinente ; rajoutés à des équipements de contrôle et/ou de sanctions adaptés, elle doit procurer aux quelques usagers de la route souhaitant se soustraire à la réglementation, un sentiment constant d'insécurité, même pour nos voisins frontaliers. Cette dissuasion peut aussi être complétée ou renforcée par des actions de sensibilisations/responsabilisations sur le terrain, animé un large tissu associatif. En tant qu'élu, même si je partage toujours cette première analyse, je dirais qu'elle devrait être la dernière option à envisager avant des mesures préventives telles que celles indiquées dans votre questionnaire. Mais il est difficile de dire quelle mesure peut être la plus pertinente par rapport à une autre, on le comprendra aussi à la lecture des nombreux avis partagés des citoyens à ce sujet, aussi bien dans l'hypothèse de la mise en place d'appareils de contrôle/sanction, que dans les aménagements routiers possibles pour faire ralentir, alternée ou partagée la circulation, option pertinente qui ne me semble pas à exclure. Sans rentrer dans le détail de ces propositions, toutes intéressantes, je pense que chacune est complémentaire et peut apporter sa plus value sur cette problématique. A chaque étape (réglementation sonore) son analyse, mais la réflexion est engagée... Très cordialement et très respectueusement. Mr Thierry DUMOULIN
Pour ma part il est tout à fait nécessaire de mettre en place une réglementation draconienne concernant la règlementation de la vitesse, et des nuisances sonores .Pour cela il faudra se donner les moyens afin de faire respecter ces mesures ; Par contre interdire des tronçons de route ou même l'accès aux motos cela personnellement je ne pense pas que ce soit une bonne solution .La route appartient à tous. Bien sûr dans le respect des règles de prudence et le respect du bien vivre ensemble
Burgunder Claude
Que ce soit la Route des Crêtes ou les différentes montées, cela fait plus de 50 ans que les habitants des vallées et la flore et la faune des forêts et des chaumes souffrent de cette bruyante circulation motorisée et polluante. La liberté des motards (j'étais motard mais avec des pots d'origines et non trafiqués) est au même niveau que la liberté des vélos ou promeneurs c'est à dire de ne pas polluer l'autre. Certain soir/nuit ou fin de semaine, les habitant-es d'Uffholtz (dont je fais partie) n'ont plus la tranquillité à laquelle nous devrions avoir droit! Et les sirènes des pompiers et autres ambulances ou gendarmes confirment qu'il n'y a pas que le bruit mais aussi des accidents: la COVID remplie déjà les hôpitaux, pas besoin d'en rajouter! Et avant la COVID, c'était quand même la collectivité et les familles qui paient les "pots cassés".
Michel Knoerr
Un avertisseur automatique du niveau de bruit pourrait aider à une prise de conscience des automobilistes/motocyclistes indélicats, en association avec un contrôle sporadique par la gendarmerie, qui trouverait ainsi une activité alternative et bien utile au piégeage sur ligne droite limitée à 80... Une réglementation de l'accès aux gros véhicules diesels polluants pourrait aussi être pertinente (le nombre de camping-cars est parfois effarant). Pour le reste, cette belle route panoramique devrait aussi rester un espace de détente et de liberté, plus que jamais nécessaire à la santé mentale de tous...
Grégoire Truchot
Une route partagée/ réservée est difficile à mettre en place du fait des triangles de visibilité réduits par la topographie des sites et si l’on maintient un régime unique pour tous. Les deux options choisies vont de pair: l’une complète l’autre ; elles permettent également à chaque usager de mieux trouver sa place. Préciser la vitesse selon que l’on soit cycliste , motard ou conducteur de VL sur une même section de route : adapter une signalétique pédagogique de couleur / chaque type d’usager
Agnès Klakosz
bonjour, je suis persuadé que le temps de la pédagogie est révolu . Cette route est devenue, en période estivale, un défouloir pour motards et automobilistes irrespectueux. Les mesures homéopathiques qui ont été prises jusqu'à aujourd'hui ont dû bien les faire sourire.... Etant originaire de la vallée, y habitant encore et ayant emménagé plus récemment à proximité immédiate du rond point de Husseren Wesserling je ne peux que constater le plaisir avec lequel la majorité des motards ainsi qu'une plus faible proportion d'automobilistes (certains du cru d'ailleurs) nous font profiter de leurs échappements largement plus sonores que ce que leur permet la fiche d'homologation de leurs véhicules..... tellement sonores par ailleurs que vouloir mesurer ce bruit avec un sonomètre serait leur faire insulte.... cordialement Maxime Soehnlen
Maxime SOEHNLEN
Habitant à Goldbach les nuisances sonores et les risques d'accident liés à la vitesse excessive posent problème. J'ai réellement peur pour mes enfants de 7 et 9 ans lorsqu'ils reviennent de l'arrêt de bus situé sur la route principale. Il n' y a pas de trottoir or le vendredi,notamment au printemps, la circulation est importante. Je ne sais pas quelle est la solution idéale mais pourquoi pas des ralentisseurs type dos d'âne, des radars de vitesse et sonore pédagogiques et la verbalisation. En tout cas la réflexion semble engagée du côté des élus. Cordialement.
Sophie Freys
La Route des Crêtes appartient à tout le monde. Pourquoi en tant que motard je n'aurai pas le droit de circuler sur cette route ? Les incivilités et non respect du code de la route ne sont pas le seul fait des motards. On pourrait parler des cyclistes qui roulent délibérément au milieu de la route et une bonne part des automobilistes qui coupent systématiquement les virages. C'est quoi une vitesse adapté ? 100km/h quand il n'y a personne cela ne pose aucun soucis ! Par contre 70km/h au sommet du Grand-Ballon sans la moindre visibilité c'est un non sens surtout vu le manque d'aménagement.
Michel Lutringer
Bonjour Mr le Député Habitant et natif de goldbach-altenbach, je me permets de vous faire part de nos ressentis. Cela fait trop longtemps (environ 15ans) que les pouvoirs publics laissent les motards faire du rallye le week end, en journée, sur route ouverte. Rien ne peut défendre ce fait meme5pas l argument, " ils font tourner l économie des montagnes #! Faux. avant j'aimerais me présenter en deux lignes afin de vous expliquer que nous ne sommes pas des anti motards mais seulement des habitants fatigués de la dérive accepté sous prétexte de rentré d argent....?! J'ai 32 ans, marié, deux enfants. Diplômé d un bac économiques et sociales, bts animation et gestion touristique locale, licence pro tourisme sportif de moyenne montagne. Cqp accrobranche Cqp tir à l arc. Carte de guide interprète régionale, carte de guide conférencier national. Bpjeps activités physiques pour tous avec en plus ucc vtt et cs tir à l'arc. J'ai été guide au musée electeopolis, directeur adjoint au parc aventure de kruth, travaillé chez speck sport puis à La Bresse création de la location de ski la saboterie pour Laurent auer. Actif dans diversees associations, foot, cyclisme, lutte musique et paroisse. J'ai grandi, je vis et aujourd'hui avec mes enfants et ma femme dans le massif. "Nous vivons dehors" tous ça pour vous dire que nous pas dans ce débat stérile et enfentin " on aime pas les motos, on aime pas le bruit, on aime pas les gens" j'ai eu la chance de voyager beaucoup, j'ai été deux ans en Auvergne pour mes études. Malheureusement je n'ai nulle part ailleurs (ou heureusement) rencontré une telle situation et un tel menfoutisme du pouvoir public. Au puy de dôme, l accès y était longtemps payant avant que n arrive Le train à crémaillère. Dans les parcs au US également on y traque les nuisances sonores. Et filtre, on légifère, on verbalise, on monnaye les accès. La question n'est pas simple on est d accord mais il est du rôle politique de prendre des décisions. Et d assumer ces décisions. Je suis depuis voilà 6 ans cadres dans la peinture industrielle en Suisse. L apat du gain d'une part et le dégoût des doubles discours concernant le développement notre massif. Trop lent, trop lourd, trop planqué et trop peur de froisser nos chers paysans qui vendent le fromage une fortune et benificie d aides multiples pour pouvoir avoir toujours de plus grossent voitures et des maisons plus grandes et plus belles que les maisons de maîtres de l époque ?! Alors oui je pense quil faut effectuer des contrôles sonores, verbaliser, mettre de l affichage,mission et et aider le parc des ballons dans cette mission. Ayant assez côtoyé les fermes de tout le massif je vous assure que ceux qui dérange les villageois et notre faune ne sont PAS ceux qui ramenent de l'argent aux fermiers. Il faut vraiment faire la distinction et ne pas faire une chasse aux sorcières anti motard. Plus de bus, plus de parking, avec des hop on hop off. Je trouve le teleferique de wesserling une super idée mais une fois de plus, deux vitesses. L alsace riche se repose, dort, pendant que d autre région arrive à créer une dynamique. Les Vosges, Pierre percé, bussang, la Bresse, gerarmer, corcieux et j'en passe. On ne peut que regarder amèrement leurs réussites. Markstein n arrive pas à avancer réellement. On bricole ?! Le projet touristra à été préempter par la safert. Une honte du coup vente annulé, après on a gentilement expliqué qu'on ne veux pas d un complexe hôtelier... On espère que le prof et en cours de a enfin le bon. Je pense qu on peut développer au contraire le tourisme de manière raisonné et intelligente. Sans hébergement on en créera jamais un pôle attractif mais uniquement on en fera à jamais qu une piste de rallye et un bouffe fric à remplir le compte de deux ou trois familles . Je m, egard un peu du sujet car il y à tellement à dire. Pour en rester aux nuisances sonores. Oui aux radars sonores, bonnes idée avec amende dissuasive et assumé. Aucune route ouverte à la circulation ne doit s assimiler à une piste de rallye. Point. Pas de contre argument. C'est un fait. En vous souhaitant bon courage car le tâche n'est pas simple, et l est de moins en moins avec tous nos spécialistes qui se lèvent tous les jours... C'est aussi pourquoi j'ai changé de domaine professionnel. Pour l'instant. Cordialement Jérome Harmand
Jérome Harmand
Les motos sont de vrais dangers pour tous. Ces gens là ne respectent pas la vitesse demandée. Ils nous empêchent vraiment d aller sur la route des Crêtes le week-end. Quel dommage
Tout le monde sait d'où viennent les nuisances sonores et les vitesses excessives : certainement pas des cyclistes, et encore moins des randonneurs...
PIERRE BRUNNER
Horrible même en étant commerçant sur la route des Crêtes
Je pense que réduire la limitation de vitesse ne changerait rien au bruit car un motard où autres véhicule qui a un pot modifié, c'est déjà une personne qui ne respect pas les règles et qui ne doit déjà pas respecter les 70km/h tout comme il ne respectera pas les 50 km/h. Donc ne pénalisons pas ce qui roule en respectant les autres et les limitations de vitesse. Pour moi, la proposition la plus pertinente est la réglementation sonore et verbalisation automatique à condition qu'elle ne verbalise pas les véhicules 100% d'origine et qui font quand même un peu de bruit. Où alors faire un péage comme dans certains pays pour empreinté la route des crêtes ( sauf pour les locaux) , celui limiterait le nombres de véhicules et donc le bruit! Cordialement
Radar pédagogique sonore : ne sert à rien, celui qui fait trop de bruit s'en fiche ! Réglementation sonore et verb.auto : OUI à condition que si le véhicule est un peu bruyant mais 100% d'origine (exemple véhicule ancien), nous ne soyons pas verbalisés. Vitesse adaptée : par pitié pas moins de 70 km/h, sinon les conducteurs vont s'endormir au volant pour cause d'ennui. A moto je me fait déjà doubler par des VAE qui vont parfois à plus de 50 km/h ! Aussi, un véhicule qui roule à 50 en fond de 1ère vitesse, fera plus de bruit qu'un qui roule à 70 en 3ème.... Radars tronçons : aucun impact sur le bruit. Route partagée/réservée : aucun avis car j'ignore ce que c'est... Moi j'ai toujours eu des motos strictement d'origine, j'espère que je ne vais pas de nouveau "payer" de ma liberté de rouler pour les autres qui ne respectent rien ! Ma solution (radicale) : INTERDIRE l'accès à la route des crêtes pour les véhicules qui font trop de bruit, avec contrôles aux points d'accès (exemple au pied du Markstein, Grand-Ballon...), et au moins pour les Week-End et jours fériés. C'est à mon sens le seul moyen de ne léser personne. Sinon, faire comme en Autriche, payer un péage pour y rouler, cela limitera de fait le trafic, et donc le bruit. SAUF bien sûr pour les gens qui habitent dans les vallées situées juste au pied. En espérant que mon avis sera utile. Cordialement
Laurent Gissy
Je pense qu il faut réglementer, car il s agit d une vraie nuisance (col de Steige). Reduction de la vitesse, mais surtout reduction et contrôles sonores...
Anne-marie BOUR
Les motos roulent trop vite et se croient souvent sur un circuit. Sans parler du bruit. Je plains les habitants qui se sont mis au vert et habitent près de ces routes, la montagne est une vraie caisse de résonance.
Assurer une utilisation paisible, silencieuse et la plus écologique de cette route magnifique Arrêter les courses de motos
Stéphane THOMANN
Mais pas seulement sur la route des crêtes ! Pensez à toutes les routes de montagne très prisées des motards. Les riverains entendent plusieurs centaines de motos par week-end !
Sandra Senger
La route des crêtes pourrait faire l’objet d’une étude de faisabilité pour la transformer en voie verte, avec des bus électriques ou même un train ! Quel atout touristique cela pourrait amener aux Vosges…. Plus de pollution sonore et plus de gaz d’échappements….
Nicolas Jarrige
C'est un vrai fléau et mettre juste un radar ne suffira pas !
Faisant de la photographie animalière je constate l'effet des nuisances sonores de motos et voitures sportives sur la faune immédiatement et à moyen terme. Les animaux sont clairement stressés lorsqu'un moteur rugit plus fort que les autres véhicules qu'ils acceptent plus facilement. Et à moyen terme on (photographes et naturalistes) constate tous la désertification des chaumes par les cervidés et chamois au fur et à mesure que la saison d'ouverture de la route avance, et ce même à l'aube... Concernant le radar pédagogique, pour ma part je pense qu'il ne servirait qu'à faire concourir les utilisateurs entre eux qui en rigoleraient bien.
Jean Philippe Rusch
Dans un premier temps,des radars pédagogiques,une vitesse adaptée de 80 km/h contrôlée et voir l’evolution des comportements. Selon les résultats, on pourras toujours tourner au repressif.
Denis Lichtin
Riveraine d'un col de Montagne montée col de Fouchy versant 68, l'intensité sonore forte au delà de 90dB produit par certaines motos les journées ensoleillées, fatigue nerveusement et empêche d'avoir une discussion normale audible à la table de jardin atenant ma maison... Avec effet caisse de résonance dans le vallon de Pierreusegoutte.
Corinne Ménétré
L ensemble du massif est pris d assaut. Que ce soit les routes en surfrequentation où les chemins forestiers, les sentiers: une sur présence humaine cause un dérangement total de la forêt.
Jean-Marc Schwartz
Une journée route partagée par mois pourrait être envisagée (circulation Vélos, etc...)
Louise PETER

Suivez-moi sur les réseaux sociaux